Axe 3 - Diagnostic territorial : usages et gouvernance : Objectifs et porteurs

Porteur de l’axe : Dominique Royoux

Le contexte actuel de territorialisation des politiques publiques, leur diversification thématique (économie, patrimoine, culture, environnement, habitat, transports,…) et la réorganisation des différents niveaux de décision obligent à repositionner l’action publique et à prendre en compte différemment les territoires. Au cœur de ces nouvelles missions, il y a désormais la capacité à analyser les territoires dans toute leur complexité. Il est nécessaire de passer d’une vision sectorielle des territoires à une analyse systémique capable de montrer les interrelations des différentes composantes de la société et de l’espace (urbaines, rurales, environnementales, sociales, économiques,…) qui n’oublie pas de prendre en compte le temps long des territoires. Cette organisation en système d’un territoire impose également de comprendre les relations interterritoriales, les articulations d’échelles spatiales, dans un contexte d’européanisation des politiques et de mondialisation de l’économie qui renforce le rôle des acteurs exogènes dans les territoires. Au-delà des caractéristiques fonctionnelles des territoires, les agents des services de l’Etat et des collectivités territoriales doivent être capables d’analyser le jeu des différents acteurs et de comprendre les enjeux des politiques publiques.

Structuration

Le laboratoire Ruralités a comme objectif dans cet axe de recherche de promouvoir un double lien : le lien entre des formations professionnalisantes et le monde de la recherche et le lien entre l’Université, particulièrement la recherche en sciences sociales, et les instances décisionnelles du territoire.

L’objectif scientifique de cet axe est triple :
– construire une grille renouvelée de questionnement d’analyse territoriale dans une optique d’un développement systémique et durable à plusieurs échelles.
– établir donc un référentiel économique, social, environnement, territorial de développement local durable.
– proposer de nouveaux indicateurs de développement du bien-être, qui interrogent, en complément des analyses déjà conduites sur ce thème, les indicateurs traditionnels de richesse.
D’une manière générale, les recherches s’intéressent particulièrement, à partir de l’observation des politiques publiques, aux notions de temporalités, de synchronisation temporelle des activités et des emplois du temps, d’articulation vie familiale/vie professionnelle.